Compteur live offert par le Homepage Club

                   

                      Adapté du Conte de Grimm.

                 Tiré du livre: Mille ans de Contes...
                   

 

                              Il était une fois, par un jour d'hiver, une reine qui cousait
                          auprès d'une fenêtre en bois d'ébène. Dehors, il neigeait.
                          La reine ouvrit la fenêtre pour regarder danser les flocons
                          et elle se piqua avec son aiguille. Quelques gouttes de sang
                          tombèrent dans la neige.
                          C'était si joli ce rouge sur le blanc que la reine dit :
                       _ Je voudrais un enfant qui ait la peau blanche comme la
                          neige, les lèvres et les joues rouges comme le sang, et les
                          cheveux noirs comme l'ébène de la fenêtre.

                   

                              Quelques temps après, elle mit au monde une petite fille qui
                          avait la peau blanche comme la neige, les lèvres et les joues
                          rouges comme le sang et les cheveux noirs comme l'ébène.
                          On l'appela Blanche-Neige.

                   

                              Mais la reine tomba malade et mourut.
                          Le roi se remaria  avec une femme très belle mais très
                          orgueilleuse. Elle possédait un miroir magique et chaque
                          matin, elle se regardait et demandait :
                                                 << Miroir, miroir magique,
                                              Dis-moi qui est la plus belle ? >>
                          Et le miroir répondait :
                          << Ô reine, tu es la plus belle en ce royaume. >>
                          Mais Blanche-Neige grandissait et devenait de plus en plus
                          belle. Un jour, le miroir répondit :
                          << Ô reine, tu es très belle,
                          mais Blanche-Neige est la plus belle en ce royaume. >>

                   

                              En entendant ces mots, la reine devint pâle de rage et de
                          jalousie. Elle se mit à haïr Blanche-Neige, et bientôt, elle
                          ne put supporter de la voir. Alors, elle appela un de ses
                          serviteurs et lui dit :
                       _ Conduis Blanche-Neige au plus profond de la fôret et
                          tue-la. Je ne veux plus la voir. Pour preuve de sa mort,
                          rapporte-moi son coeur.

                         
     Le serviteur obéit et il emmena Blanche-Neige au plus
                          profond de la fôret. Mais quand il tira son 
                          couteau de chasse,
                          Blanche-Neige se mit à pleurer.
                       _ Laisse-moi la vie, lui dit-elle ; je m'en irai dans les bois
                          et je ne reviendrai jamais.
                       _ Va, sauve-toi vite ! lui dit-il, tout en étant certain que
                          les bêtes sauvages auraient vite fait de la dévorer.

                             
Il transperça d'une flèche une petite biche et prit son coeur
                          pour le rapporter à la reine.

                   

                              Blanche-Neige resta seule dans la fôret. 
                          Elle se mit à marcher,
                          à marcher. Autour d'elle, il y avait toutes sortes de bêtes
                          sauvages mais aucune ne lui fit du mal. Elle arriva enfin à
                              une petite maison où il n'y avait personne. Ses petits pieds
                          n'avaient plus la force de marcher, alors elle entra dans la
                          maison pour se reposer.
                         À l'intérieur, tout était propre et bien rangé. Sur la table,
                          il y avait sept petites assiettes, avec sept petits couverts, sept
                          petits verres remplis de vin et sept petits pains. Comme elle
                          avait très faim, elle mangea un petit bout de chaque pain et
                          comme elle avait très soif, elle but une gorgée de vin dans 
                          chaque verre.

                             
Le long du mur étaient alignés sept petits lits. Elle les essaya
                          l'un après l'autre ; ils étaient trop longs ou trop courts ;
                          mais le dernier se trouva juste à sa taille. Elle s'y coucha et
                          quelques instants plus tard, arrivèrent les maîtres de la
                          maison. C'était sept petits nains qui travaillaient à chercher
                          de l'or dans la montagne. Ils allumèrent leurs sept lampes
                          et virent que tout n'était pas comme ils l'avaient laissé.
                          Le premier dit ;
                       _ Qui s'est assis sur ma chaise ?
                          Le deuxième ;
                       _ Qui a mangé dans mon assiette ?
                          Le troisième ;
                       _ Qui a pris un morceau de mon pain ?

                             
Le quatrième ;
                       _ Qui a touché ma cuillère ?
                          Le cinquième ;
                       _ Qui s'est servi de ma fourchette ?
                          Le sixième ;    
                       _ Qui a coupé avec mon couteau ?
                          Le septième ;
                       _ Qui a bu dans mon verre ?
                          Puis le premier vit que son lit avait été dérangé et dit ;
                       _ Qui s'est couché sur mon lit ?
                          Les autres arrivèrent en courant et s'écrièrent ;
                       _ Qui s'est couché sur mon lit ?
                          Mais le septième trouva Blanche-Neige sur son lit et appela

                             
les autres pour la leur montrer ;
                       _ Oh ! comme elle est belle ! dirent-ils tous.

                                                                                            

                             
Ils étaient si heureux de la voir qu'ils ne la réveillèrent pas.
                          Le septième nain dormit une heure avec chacun de ses
                          compagnons et ainsi passa la nuit.
                          Au matin, lorsqu'elle s'éveilla, Blanche-Neige eut d'abord
                          très peur en voyant les sept nains. Mais ils avaient l'air si
                          gentils qu'elle finit par leur raconter ses aventures. Alors
                          les nains lui dirent ;
                       _ Si tu veux, tu peux rester avec nous. Tu feras la cuisine
                          et le ménage et tu ne manqueras de rien.
                       _ Oh oui ! dit Blanche-Neige, je veux rester avec vous.
                          Elle s'installa donc avec eux et s'occupa de la maison. Le
                          matin, les nains partaient travailler dans la mine d'or et
                          Blanche-Neige était seule toute la journée. Ils lui dirent

                             
cependant de se méfier ;
                       _ La reine saura bientôt que tu es ici. Surtout ne laisse
                          entrer personne !
                          De son côté, la reine croyait que Blanche-Neige était morte
                          et que désormais personne ne la surpassait en beauté. Elle
                          alla se regarder dans le miroir et dit ;

                                                  
<< Miroir, miroir magique,
                                                dis-moi qui est la plus belle ? >>
                                                      Et le miroir répondit ;
                                                  << Ô reine, tu es très belle,
                                      Mais, derrière les sept collines, dans le bois
                                                auprès des nains, Blanche-Neige
                                                est mille fois plus belle que toi. >>

                   



                             
La reine fut bouleversée car elle savait que le miroir ne
                          mentait jamais. C'était donc le serviteur qui l'avait trompée !
                          Rongée de jalousie, elle chercha un moyen  
                          pour se débarrasser
                          de Blanche-Neige. Elle se déguisa en vieille marchande
                          et parcourut les sept collines pour arriver à la maison des
                          nains. Elle frappa à la porte en criant ;
                       _ dentelles et rubans à vendre, corsages et lacets à vendre.
                          << Une marchande, se dit Blanche-Neige, je peux bien la
                          laisser entrer ! >> Elle déverrouilla la porte et acheta un joli
                          corsage.
                          La vieille lui dit ;
                       _ Viens, je vais te l'ajuster comme il faut !

                             
La jeune fille ne se doutait de rien. Elle la laissa serrer le
                          corsage avec un lacet. Mais la vieille serra de toutes ses
                          forces, si bien que Blanche-Neige perdit le souffle et tomba
                          comme morte.
                       _ Maintenant, c'est moi la plus belle ! ricana la fausse
                          marchande en s'enfuyant.
                          Peu de temps après, les nains arrivèrent et trouvèrent
                          Blanche-Neige inanimée. Effrayés, ils la soulevèrent et virent
                          que le lacet était trop serré. Ils se dépêchèrent de le couper

                             
et elle recommença à respirer doucement puis elle reprit 
                          conscience. Quand ils surent ce qui s'était passé, ils lui
                          dirent ;
                       _ Bien sûr, cette marchande, c'était la reine elle-même !
                          Sois très prudente, ne laisse entrer personne quand tu es
                          seule.
                          Dès son retour, la reine se précipita vers son miroir et lui

                             
demanda ;
                                                    << Miroir, miroir magique,
                                                        qui est la plus belle ? >>
                                                       Et le miroir lui répondit ;
                                                       << Ô, reine, tu es très belle,
                                          mais, derrière les sept collines, dans les bois
                                               auprès des nains, Blanche-Neige
                                              est mille fois plus belle que toi. >>


                             
Quand la reine entendit ces mots, tout son corps se mit à
                              trembler de rage et elle s'écria ;
                       _ Blanche-Neige mourra, même si je dois en 
                          mourir moi aussi !                          
                          Elle se retira dans sa chambre secrète et empoisonna une
                          pomme. C'était une jolie pomme, blanche d'un côté et rouge
                          de l'autre, et si appétissante que, rien qu'à la voir, on avait
                          envie d'y mordre. Mais il suffisait d'en avaler un petit bout
                          pour mourir.
                          Puis la reine se maquilla et se déguisa en paysanne. Elle

                        
     parcourut les sept collines et arriva à la maison des nains.
                         Elle frappa à la porte mais Blanche-Neige, en se penchant
                         à la fenêtre, lui dit ;
                      _ Je ne peux laisser entrer personne ; les sept nains me
                          l'ont interdit.
                       _ Tant pis, dit la vieille femme, j'irai vendre mes pommes
                          ailleurs, mais tu es si mignonne, laisse-moi t'en offrir une.
                       _ Non, non, dit Blanche-Neige, je ne dois rien accepter.
                       _ Petite sotte, s'écria la vieille, de quoi as-tu peur ?
                          Tu crains qu'elle ne soit empoisonnée ? Regarde, je la coupe
                          en deux ; j'en mange une moitié et toi l'autre.

                             
La méchante reine se mit à manger la moitié blanche, qui
                          n'était pas empoisonnée, et tendit la moitié rouge à 
                               Blanche-Neige. La pauvre avait très envie de cette pomme et
                          voyant que la vieille en mangeait, elle ne résista plus. Elle
                          tendit la main, prit la moitié rouge et croqua une bouchée.
                          Elle tomba aussitôt sur le sol, morte.
                          La reine la regarda avec une joie méchante et ricana ;
                          _ Cette fois, les nains ne pourront pas te sauver !
                          Elle se dépêcha de rentrer chez elle 
                          pour demander au miroir ;
                                                   << Miroir, miroir magique,
                                                       qui est la plus belle ? >>

                         
Le miroir répondit ;
                                    << Ô, reine tu es la plus belle en ce royaume. >>
                          Et son coeur jaloux fut heureux, pour autant qu'un coeur
                          jaloux puisse être heureux.
                          Quand les petits nains rentrèrent chez eux, ils trouvèrent
                          Blanche-Neige par terre, inanimée. Vite, ils la soulevèrent
                          du sol, desserrèrent son corsage, coiffèrent ses cheveux, lui
                          lavèrent le visage avec de l'eau, lui firent respirer du vin.
                          Mais rien n'y fit ; la pauvre petite était bien morte. Ils la
                          pleurèrent trois jours durant et se préparèrent à l'enterrer
                          mais son visage était beau comme celui d'un être vivant et

                             
ses joues restaient rouges. Alors ils se dirent : << Ce n'est
                          pas possible de la mettre dans la terre froide et noire ! >>
                          Ils fabriquèrent un cercueil de verre qui permettrait de la
                          voir par transparence, la placèrent à l'intérieur et écrivirent
                          dessus en lettre d'or << Princesse Blanche-Neige >>.
                          Ils portèrent le cercueil en haut de la montagne 
                          et chaque jour l'un d'eux monta la garde
                          près de lui. Les oiseaux vinrent aussi et pleurèrent sur elle ;
                          d'abord un hibou, puis un
                          corbeau, puis une colombe.

                                   

                              Blanche-Neige resta longtemps dans son cercueil de verre,
                          toujours aussi jolie. Avec sa peau blanche comme la neige,
                          ses joues rouges comme le sang et ses cheveux noirs comme 
                          l'ébène, elle semblait dormir.                         
                          Un jour, un prince qui était en voyage s'arrêta chez les nains
                          pour y passer la nuit. Il vit le cercueil, Blanche-Neige et les
                          mots en lettres d'or ; il dit aux nains ;
                       _ La princesse Blanche-Neige est si belle que je veux
                          l'avoir toujours près de moi. Dites-moi ce que vous voulez
                          en échange de ce cercueil.
                       _ Même pour tout l'or du monde, nous ne voulons pas
                          nous en séparer, répondirent-ils.
                      _ Alors donnez-le moi pour rien, je vous en prie, dit le

                         
     prince, car je ne pourrai plus vivre sans avoir Blanche-Neige
                          près de moi. Désormais, je n'aurai pas d'autre bien-aimée qu'elle.

                                                         

                             
En voyant l'amour du prince, les petits nains eurent pitié
                              de lui et lui donnèrent le cercueil. Les serviteurs du prince
                          l'emportèrent sur leurs épaules, mais en marchant, 
                          l'un d'eux trébucha sur un caillou et la secousse 
                          fit sortir de la bouche de Blanche-Neige le morceau
                          de pomme empoisonné.
                             Aussitôt, elle ouvrit les yeux, leva le couvercle du cercueil
                       _ Mon Dieu ! Où suis-je ?
                       _ Près de moi, répondit le prince.
                          Il lui raconta tout ce qui c'était passé et ajouta ;
                       _ Je t'aime plus que tout au monde. Viens avec moi au
                          château de mon père et nous nous marierons.

                             
Blanche-Neige accepta de l'accompagner et le prince 
                          prépara un magnifique mariage.
                          Il envoya une invitation à tous les
                          rois et toutes les reines qu'il connaissait. La méchante
                          reine, belle-mère de Blanche-Neige reçut elle aussi une
                          invitation. Elle se maquilla, mit sa plus belle robe, ses plus
                          beaux bijoux et se regarda dans le miroir en demandant ;
                                                      << Miroir, miroir magique,
                                                  Qui sera la plus belle de la fête ? >>
                          Et le miroir répondit ;

                                                
<< Ô, reine, tu es la plus belle ici,
                                                 mais au mariage, la jeune fiancée
                                                sera mille fois plus belle que toi. >>


                             
En entendant ces mots, elle cria les plus affreux jurons et
                          devint folle de rage. D'abord, elle se dit qu'elle n'irait pas
                          au mariage, mais elle avait trop envie de voir cette fiancée
                          si belle. Dévorée de curiosité et de jalousie, elle se rendit à
                              la fête et quand la mariée apparut,
                          elle reconnut Blanche-Neige. Elle resta un instant 
                          paralysée de terreur en voyant vivante celle 
                          qu'elle croyait morte,                            
                          puis elle se mit à danser, sans pouvoir s'arrêter. Elle dansa
                          tellement qu'elle tomba morte d'épuisement sur le sol.
                          Quand à Blanche-Neige, elle vécut très heureuse avec le

                              
prince...


                       


                   
Retour

                            

                         © Créations Ladie Lynn 2000-2003
                                    Tous droits réservés